Samdi, 6.11.2021       19:30-22:00

Kulturmarkt, Aemtlerstrasse 23, 8003 Zürich



ENSO

compagnie dansehabile, Genf-Genève

Photocredit : Elisa Murcia / Jean-François Veuve

Danseurs /danseuses : Mathieu Aribot, Luca Formica, Léa Kybourz, Maud Leibundgut, Niels Vossenberg 

 

Choréographe : Caroline de Cornière

Musique : Sylvain Fournier

Costumes : Aline Courvoisier

Lumière : Jean-Michel Carrat

 

45 min


Dans la calligraphie japonaise, l’enso est une peinture à l’encre représentant un cercle fait d’un seul trait. Il exprime le cycle sans fin de la vie : „cercle de la vie, cercle de l’infini, cercle de la simplicité, cercle du commencement". Ce trait de pinceau circulaire n’est pas tout à fait fermé. Il y a toujours une légère ouverture laissée par le coup de pinceau symbolisant l’ouverture de l’esprit.  

Trois duos travaillent sur la rencontre de ces deux corps dans un espace calligraphié au sol, un danseur en situation de handicap sur le cercle et un danseur professionnel comme point fixe puis l’inverse, et enfin deux danseurs en situation de handicap en duo. Car la particularité de l’Enso est qu’il n’est pas fermé; il laisse donc la possibilité d’un espace de rencontre, de contact et de pénétration du monde extérieur et du monde intérieur. En m’inspirant de l’Enso, je souhaite travailler une écriture chorégraphique comme une calligraphie, simple et dépouillée, puissante et directe, physique et abstraite. L’esthétique de la pièce en est aussi imprégnée, épurée et délicate. Au terme de ce voyage, en déduire le vrai centre, le vrai sens, qui n’est jamais limité à soi-même mais à la rencontre de deux corps, de deux individualités, de deux points de vue/vie. Le chemin humain est imparfait : c’est pourquoi l’Enso est un cercle ouvert.  

Le juste milieu est un mouvement permanent autour d’un centre à chercher, un centre à chercher en son corps au coeur de la rencontre.   

 

Association dansehabile

En 2001, l’association dansehabile a été fondée par Marc Berthon et Nathalie Tacchella avec l’objectif de promouvoir une pratique innovante de la danse et d’offrir des formations et des activités de création, permettant des intégrations réciproques, des échanges entre danseurs avec ou sans handicap.  

La spécificité de l’association est la mixité des personnes en situation de handicap mental, physique et sensoriel, avec des amateurs et des professionnels de la danse, du théâtre et de la musique.  

Cette structure pédagogique et artistique, pionnière en Suisse romande, propose une nouvelle forme d’intégration à travers l’acte créatif et le mouvement. 

 

Avec le soutient de l'etat de Genève. Dansehabile est une association sans but lucratif, déclarée d’utilité publique.


PERSONA GRATA

PERSONA GRATA, Fribourg

Photocredit : Fiorenzo Gamba, Léa Iannone

Danseurs /danseuses : Anne-Francine Auberson, Carlo Baechler, Nelson Baechler, Rachel-Rose Baechler, Rolande Baechler, Aurore Dumas, Valentin Dumas, Eugénie Fasel, Astrid Kaiser Trümpler, Baptiste Margueron, Sandrine Margueron, Martin Pidoux, Rosalie Pidoux, Manon Trümpler

 

Choréographie : Joëlle Dumas et Léa Iannone

Musique : Arnold Antoine

Production : Eugénie Fasel 

 

15 min


PERSONA GRATA est une performance profondément humaine questionnant les facultés d’évolution d’un groupe de personnes confronté à l’arrivée de nouveaux venus. Les danseurs se plongent de manière ludique dans la peau de clients d'une terrasse de restaurant. Chacun a observé et intégré les gestes de son personnage pour ensuite les laisser évoluer jusqu'aux mouvements dansés et abstraits. Les rencontres entre ces diverses personnalités et leur qualité de mouvement respectives sont à la base de la création de la chorégraphie.

 

Le projet PERSONA GRATA a pour but de mettre en valeur les différences entre les danseurs âgés de 6 à 76 ans. Chacun donne une touche personnelle au tableau et enrichissit son interprétation de son expérience de vie en mouvement.

La plupart des danseurs n'avaient jamais dansé ensemble auparavant et une grande curiosité autant qu'une qualité d'écoute subtile leur a permis de créer cette performance. Durant 7 mois, ils ont improvisé, imaginé et dansé ensemble pour présenter une chorégraphie dans laquelle chacun est essentiel.

Le pianiste présent sur la scène joue également un personnage et fait partie à part entière de la performance de danse-théâtre.

 

www.dansecontemporaineromont.ch

Trailer

 

Remerciements à L'École de Danse Contemporaine de Romont pour son soutien financier et à l'association PRO28 pour son aide à la production.


ISHTAR’S JOURNEY INTO HADES

QUANTIC MOVEMENT YOUTH COLLECTIVE, Lugano

Photocredit : Mattia Cantoni

Danseurs /danseuses : Mia Ostinelli, Sophie Papais, Lavinia Pedrini, Myriam Perrottet, Gador Ropero, Anna Kiskanc 

 

Chorégraphie : Nunzia Tirelli

Musique Live : Anna Kiscanc

Video, Photo : Giona Beltrametti

Responsable du Project : Mattia Cantoni

Objets Sur Scène : Antonella Tomaino

Coutumes : Franca Marta Tomaino 

 

15 min


La pièce représente la figure mythique de la reine Ishtar et de ses partisans alors qu'elle descend dans le monde souterrain, dans le monde souterrain. Ce travail explore les thèmes du matérialisme, de la perte de l'âme, de la lutte à la fois physique et émotionnelle dans une tentative de se regagner. La reine parée d'ornements et de vêtements les enlève devant chacune des sept portes pour entrer dans le monde souterrain jusqu'à ce qu'elle soit nue à la porte d'Hadès, un choix sans retour.  

Laban traduit ces idées en archétypes et en symboles de rêve. Il décrit comment Ishtar ne jette pas les ornements et les vêtements mondains mais, la couronne de l'orgueil, le manteau de l'hypocrisie, le sceptre de la violence, le collier de la vanité, le voile de l'égoïsme, la ceinture de la lâcheté, se termine purifié par une danse noble . 

 

La réinterprétation de l'œuvre de danse „ISHTAR’S JOURNEY INTO HADES” de Rudolph Laban de l'année 1914 a été réalisée dans le cadre du projet „kulturerbe, tanz!” et soutenu financièrement. La 2e édition du festival kulturerbe, tanz ! aura lieu en April et Juin 2022 dans deux théâtres : THEATRE LA POSTE / Viège et DAMPFZENTRALE / Berne www.kulturerbetanz.ch

 

„QUANTIC MOVEMENT YOUTH COLLECTIVE" est un projet né en 2018 dans le but de donner à de jeunes artistes/et non-professionnels et d'accéder au monde du spectacle vivant et de se produire concrètement sur scène, en collaboration avec des chorégraphes établis sur le plan suisse et international scène. Le projet permet à de jeunes artistes de s'immerger dans la création de nouvelles pièces de danse par une approche professionnelle. 

 

https://www.instagram.com/quantic_movement 

 

Le groupe reconnaît avec gratitude la coproduction et/ou le soutien : Kulturerbe Tanz! Festival, Teatro Delle Radici Lugano, Concreta Teatro Mendrisio, Monte Verità Ascona, Franca Marta-Tomaino, Giona Beltrametti

 


InTension

Lisa Lareida, Bern

Photocredit : Phil Wenger

Danseurs /danseuses : Simona Attanasio, Irina Beutler, Petra Gerber, Anna Lena Jahn, Sabrina Jud, Sarah Elena Liechti, Regula Mahler, Leonardo Mayorga Sanchez, Diana Ott, Mara Peyer, Nicole Pfister, Ronald Peter, Ilaria Rabagliati, Fernanda Ramos, Giulia Spada, Petra Stillhard, Claire Vionnet, Vanessa Wüst, Julie Zehnder 

 

Concept, Produktion, Régie & Choréographie : Lisa Lareida

Co-Choréographie : Nina Stadler

Musique Live : Andreas Lareida, Feranda Ramos

Direction de la production : Sarah Elena Liechti
Stylisme : Jamina Dersvishaj

 

20 min


Dans „InTension" 19 danseurs/danseuses s’immergent dans le sujet de la tensegrité. Ils jouent et se confrontent à une structure dans laquelle des pièces solides interconnectées par des liens élastiques s’équilibrent dans un jeu des forces de tension. Les danseurs laissent à voir les liens cachés et mettent en mouvement au cours du spectacle des systèmes de plus en plus complexes. La bande son, composée uniquement de deux voix en direct, initie, porte et conclue la tensegrité. L'interaction contrastante entre le mouvement, la musique et l'espace permet une expérience multidimensionnelle de „inTension".

 

Dans „InTension", la chorégraphe bernoise Lisa Lareida travaille avec des personnes qui explorent et racontent la vie à travers le mouvement. Le groupe se compose de 17 femmes et trois hommes, dont sept dansent professionnellement et deux musiciens.

 

www.lisalareida.ch 

 

Le groupe reconnaît avec gratitude la coproduction et/ou le soutien : Kultur Stadt Bern